Repas des anciens

pompiersLe repas des anciens s’est déroulé dans une très bonne ambiance comme à son habitude. La fête était accompagnée pour l’occasion d’un menu explosif, en parfaite adéquation avec cette journée sous le thème des pompiers, jugez plutôt : 

Bombe incendiaire du gosier avec ses extincteurs

 

  • Cigarette de Saumon
  • Allumette au fromage
  • Pot au Feu
  • Le Brie-gadier
  • La Grande échelle des desserts avec l’omelette flambée et la crème brulée

Il ne s’agissait pas du  repas de la sainte barbe mais pour info :

sainte-barbeQui connait la légende de cette sainte ? Voici la vie de Sainte Barbe.

Originaire d’Orient au milieu du IIIe siècle, Barbara est la fille unique de Dioscore. Elle est d’une grande beauté et reçoit de nombreuses demandes en mariage de puissants seigneurs mais elle refuse de se marier. Son père l’enferme alors dans une tour d’un grand luxe, où elle vivra à l’écart des hommes. Pendant l’absence de son père, convoqué par l’Empereur, le Christ se révèle à elle. Elle se convertit au Christianisme. Sa conversion est matérialisée par la troisième fenêtre qu’elle fait percer dans la tour, symbolisant la Trinité. La colère de son père sera terrible. Il brandit son épée et la poursuit dans la ville. Elle arrive à se cacher mais un berger la dénonce. Il la saisit par les cheveux, la traîne jusqu’à la ville et l’enferme dans un donjon. Le lendemain, il la conduit devant le juge Marcien. Elle refuse d’abjurer la religion chrétienne. Le juge la condamne aux pires tortures sous le regard de son père. On lui arrache les seins avec des peignes de fer, la brûle avec des lames rougies puis elle est fouettée. Mais, par la grâce de Dieu, elle ne ressent pas la douleur. Enfin, elle est promenée nue à travers le pays, tirée par un cheval. Elle implore Dieu et un ange vient cacher sa nudité. Elle refuse toujours d’abjurer alors son père la décapite. Aussitôt, il est frappé par la foudre et réduit en poussière.

La fête de la Sainte Barbe chez les pompiers se généralise sous la Troisième République : cérémonie religieuse, banquet et bal étaient de mise. La dimension festive se retrouve dans le faste des menus gargantuesques. La fête peut être à l’initiative de la municipalité ou bien des pompiers eux-mêmes.
Aujourd’hui,  tous les corps ne fêtent pas la Sainte Barbe. Certains n’ont conservé que sa dimension conviviale en organisant un repas entre les membres qui peut conduire parfois jusqu’au petit matin ! Alors vive Sainte Barbe ! (Article tiré de www.pompiers.fr)

Laisser un commentaire