La future station

RhizosphèreComme vous le savez, notre station arrive à échéance tant de son point de vue de la vétusté que de son sous-dimensionnement. La population de notre village grandi, et il faut s’en féliciter. Néanmoins, la modernisation de notre station, bien qu’inéluctable doit se faire en tenant compte de deux impératifs.

Son coût d’une part et son impact environnemental de l’autre. C’est pourquoi, nous orientons nos réflexions sur une rhizosphère.

Qu’est-ce qu’une rhizosphère et comment ça marche?

La rhizosphère est une petite région autour des racines des roseaux où croissent de grandes populations de bactéries consommatrices ou non d’oxygène (aérobie / anaérobie). Pour se nourrir, elles consomment les matières rejetées dans l’eau. Ce sont les bactéries qui débarrassent les eaux usées de leurs impuretés.

shémaRôle des roseaux. Ces plantes disposent d’un système racinaire très dense qui améliore l’oxygénation des filtres, une condition sine qua non au développement des micro-organismes adéquats.Poursuivant leur croissance même en hiver, les rhizomes assurent le fonctionnement permanent de la station d’épuration. Les oscillations des roseaux, sous l’action des vents, entraînent un mouvement des tiges et racines dans la masse des boues et au sein du massif. Ainsi, les boues ne risquent pas de colmater les lits filtrants.

Le rôle des micro-organismes. Particulièrement proliférantes en milieu humide, les bactéries se nourrissent des matières dont sont chargées les eaux usées. Véritables « ciseaux biologiques » elles les transforment en molécules inoffensives.

Rendement. Une station d’épuration à « filtres plantés de roseaux » permet d’atteindre un niveau de qualité « eau de baignade ». Les effluents perdent par filtration jusqu’à 90 %de leurs Matières En Suspension (MES) en traversant un massif de granulats adaptés contre seulement 50 % par décantation classique. Les boues retenues sont déshydratées et compostées sur place grâce à l’action conjuguée des bactéries et des plantes. Dans ce processus, leur volume diminue très fortement et le résidu est transformé en terreau qui s’accumule très lentement sur la surface des filtres. Les composés azotés, indésirables dans l’environnement quand ils sont présents en grande quantité, sont éliminés.

Laisser un commentaire