Coupes budgétaires

assembleeA l’issue de trois mois de marathon budgétaire, le Parlement a définitivement adopté, par un vote de l’Assemblée nationale, jeudi 18 décembre, le budget 2015. Celui-ci  envisage 7,7 milliards d’euros d’économies sur les dépenses de l’État et 3,7 milliards pour les collectivités territoriales.
Les dotations de l’État vont donc baisser de 3,7 milliards en 2015, puis du même montant en 2016 et en 2017, soit 11,1 milliards de moins au total sur trois ans.
Sur les 2000 milliards de déficit public seulement 9% concernent l’ensemble des collectivités territoriales. Alors qu’elles représentent 75% des investissements publics.
Dans une économie déprimée, avec une croissance atone, la diminution de la commande publique, moteur et soutien majeur de l’économie régionale, va doper le chômage et entraîner le report d’investissements d’avenir d’après Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse.

Contrairement à l’État, les collectivités locales sont tenues par la loi de présenter des budgets en équilibre, les recettes couvrant les dépenses. Elles n’ont le droit de s’endetter que pour financer des investissements. Des emprunts qui sont budgétisés, c’est à dire considérés comme des actifs dans la comptabilité.
En savoir plus sur lexpension.fr

Laisser un commentaire